Défendre le régime de prévoyance de l'industrie pharmaceutique

 09/12/2014

Le Bureau Fédéral de l'UNSA CP tient à rappeler fermement à l'ensemble de ses mandatés l'attachement au régime paritaire de prévoyance de l'industrie pharmaceutique. Comme la Sécurité Sociale, ce régime de protection sociale privilégie le lien entre l'ensemble des citoyens français, salariés jeunes ou seniors, actifs ou retraités, bien portants ou malades.

Ce système existe dans la branche de l’industrie pharmaceutique depuis 1965 et le premier accord collectif signé par l’UNSA concernait le régime de prévoyance. Il est géré conjointement par les partenaires sociaux. Ces derniers veillent à l’équilibre des cotisations, des provisions et des réserves et à la couverture des frais de santé et leurs remboursements. Ce régime maintient aussi un lien avec les anciens salariés au travers d’une solidarité intergénérationnelle financée par les actifs et les employeurs.

Par décision du Conseil Constitutionnel, les employeurs ne sont plus soumis à un accord de branche et peuvent choisir d’autres assureurs que ceux recommandés par les partenaires sociaux. Les compagnies privées et les courtiers vont donc démarcher les entreprises et faire des offres au coût financier alléchant.

Malheureusement, la dure réalité économique amènera ces compagnies à des réajustements de tarifs, à la charge des salariés et des entreprises. De plus, une fois sortis du régime, les retraités ne pourront plus bénéficier de l’abondement créé par le fonds collectif et destiné à les aider à financer leur mutuelle. Notre régime a toujours garanti la lisibilité et la transparence des comptes, ainsi que la stabilité des cotisations. En dehors de ce cadre de gestion paritaire de branche, la seule logique de ce marché sera la rentabilité économique. Les décisions prises par les délégués syndicaux UNSA dans ce domaine seront de leur responsabilité et ne sauraient être remises en cause.

Toutefois, le Bureau Fédéral de l’UNSA CP tient à rappeler fermement à l’ensemble de ses mandatés l’attachement au régime paritaire de prévoyance de l’industrie pharmaceutique. Comme la Sécurité Sociale, ce régime de protection sociale privilégie le lien entre l’ensemble des citoyens français, salariés jeunes ou seniors, actifs ou retraités, bien portants ou malades.