Communiqué de presse

SEITA : Au delà de la stupéfaction, du choc et de l’incompréhension, l’UNSA fera face à ce projet massif de restructuration

Bagnolet, le 5 décembre 2016 – L’Union Fédérale UNSA Industrie & Construction et son syndicat UNSA-SEITA réagissent aux annonces du groupe Imperial Tobacco.

Lors du Comité Central d’Entreprise du 29 novembre, la Direction de SEITA a annoncé un projet de réorganisation d’ampleur, concernant près de la moitié de ses effectifs, en vue de maintenir sa compétitivité : fermeture de sa dernière usine de production de cigarettes à RIOM (Puys de dôme 63) et fermeture de son laboratoire d’analyse de la production des usines d’Imperial Brands situé à Fleury les Aubrais (Centre – Val de Loire 45).

Les conséquences sociales sont la suppression de 339 postes : 239 postes à RIOM, 72 postes à Fleury les Aubrais ainsi que 33 postes au siège parisien.

L’UNSA est stupéfaite, sous le choc et dans l’incompréhension :

  • Pour le site de RIOM, l’usine atteignait à nouveau un niveau de production normal, les indicateurs de productivité (efficience, sécurité, qualité,) étaient tous au vert. Les productions pour le Moyen Orient et la Tunisie redémarraient. Un certain optimiste était de mise puisque c’est aussi la seule usine du Groupe équipée d’une ligne dédiée à la production de cigarettes avec tabac mentholé : dernière cigarette aromatisée autorisée à la vente à compter du 1er janvier 2017.

  • Pour le site de Fleury les Aubrais, le taux d’efficience est au-dessus des objectifs fixés par le Groupe. La réponse aux clients internes est effectuée en moins de 14 jours. Plus de 70 000 analyses chimiques et de fumages sont réalisées sur quelques 8 500 échantillons de cigarettes en provenance de 35 usines du Groupe dans le monde. Toutes ces analyses sont certifiées et reconnues par les autorités au travers d’accréditations délivrées par le COFRAC sous le référentiel ISO17025.

  • Pour le site Parisien, il est question d’externalisation des activités informatique, de comptabilité et de fiscalité vers des sous-traitants.

  • Les départements marketing et de développement produit font les frais d’une absence de stratégie de la Direction Générale dans l’anticipation des mutations du secteur du tabac.

Rappelons que la précédente restructuration date seulement de 2014. Elle concernait la fermeture des sites de Nantes et Bergerac. A l’époque, la direction SEITA nous avait déjà expliqué la nécessité de maintenir la compétitivité du Groupe. Seulement deux ans plus tard, alors que les ventes et les résultats financiers ne démontrent pas de réelle nécessité de restructurer aussi rapidement la société, il est de nouveau annoncé la fermeture de 2 sites en France. A croire que la SEITA filiale française d’Imperial Brands est systématiquement privilégiée pour payer le prix fort. Les capacités financières de SEITA et de sa maison mère ne peuvent absolument pas expliquer ce nouveau choix de casse de l’entreprise et de ses emplois.

Nathalie BALBERDE, Secrétaire Générale de l’UNSA-SEITA déclare : « Cette annonce est effarante : annoncer la fermeture de sites en 2017 qui a accueilli en 2015, les nantais et les bergeracois qui avaient fait le choix de croire en la SEITA par une mobilité interne. Il est incompréhensible et inacceptable qu’à nouveau des centaines de salariés soient placés dans une situation dramatique ».

Guillaume TRICHARD, Secrétaire Général de la Fédération UNSA Industrie & Construction ajoute : « Nous en appelons au Secrétaire d’Etat en charge de l’Industrie ainsi qu’à la Ministre en charge des Affaires Sociales et de la Santé. Car les salariés n’ont pas à être la variable d’ajustements d’un grand groupe industriel. »

Contacts:

Nathalie BALBERDE 06 32 22 48 61 unsa.fsas@gmail.com

Guillaume TRICHARD 06 08 86 42 12 sg@unsa-industrie.org